traitement_des_donnees_sensibles_RGPD

Que faire des données sensibles RGPD ?

Les données sensibles RGPD sont toutes les informations considérées comme intimes et privées sur une personne. Ses origines, ses opinions politiques ou religieuses, son orientation sexuelle… il y a des données qui doivent rester privées. Lesquelles ? Dans quelles conditions peuvent-elles être utilisées ?

 

Quelles sont les données sensibles RGPD ?

 

Il s’agit des informations qui révèlent l’origine raciale ou ethnique d’un individu, ses opinions politiques, religieuses ou philosophiques ou encore son appartenance syndicale. Mais les données sensibles RGPD ne s’arrêtent pas là. 

 

Elles concernent aussi la génétique, la biométrie, la santé, la vie sexuelle voire l’orientation sexuelle d’une personne. Si les informations liées aux infractions ou bien aux condamnations ne sont pas des données sensibles, elles sont tout de même protégées de la même façon. 

 

Les données sensibles RGPD peuvent-elles être utilisées ?

 

Le RGPD interdit la collecte et le traitement de ces données. Néanmoins, elles peuvent être utilisées dans certaines conditions. Tout d’abord, si la personne concernée par les données sensibles en question a donné son accord ou les a publiées elle-même, ces informations peuvent être collectées et traitées. 

 

Puis, si certaines données sensibles peuvent s’avérer utiles dans le domaine médical, pour la recherche par exemple, elles peuvent être utilisées. Ce peut également être le cas si le traitement est justifié par l’intérêt public, et s’il est autorisé par la CNIL. Les membres ou adhérents d’une association ou bien d’une organisation, qu’elle soit politique, religieuse, philosophique ou syndicale, peuvent voir leurs données sensibles être récoltées et utilisées. 

 

Pour ce qui est des données relatives aux infractions et aux condamnations, il n’y a que les juridictions et certaines autorités publiques qui peuvent les collecter et les traiter. La personne morale victime peut aussi s’en servir pour défendre ses intérêts.

 

Par sécurité, il vaut mieux ne divulguer aucune de ses données sensibles RGPD.